Retrouvez le tribune du Groupe socialiste et apparenté.e.s dans le dernier numéro de Bretagne Info Partenaires.

 

Après un an dans cette nouvelle mandature, les enjeux sont considérables.

Alors que les Régions viennent de souffler leur trentième bougie, nous nous apprêtons à appliquer de nouvelles dispositions prévues par la loi NOTRe. Transports interurbains, scolaires et vers les îles, gares routières, viennent ainsi s’ajouter au ferroviaire, à l’aéroportuaire et au routier, puisque la Bretagne est la seule région de France à choisir d’aménager une route nationale qu’elle considère d’intérêt régional, la RN 164.

Déjà chef de file du développement économique, dans un partenariat renforcé avec les intercommunalités, au 1er janvier 2017, le Conseil régional sera également pleinement responsable de la prévention et de la gestion des déchets et de 19 ports départementaux qui lui seront alors transférés.

D’ici la fin de l’année, nous mettrons donc en œuvre un véritable service public régional des transports, comme de l’économie mais aussi de la formation initiale, professionnelle et continue.

Plus de cohérence et de lisibilité dans notre action, grâce à une concertation que nous voulons large et constante, afin d’apporter plus de confort et de simplicité au quotidien pour les Breton.ne.s. C’est le sens de l’action de la majorité régionale portée par Jean-Yves Le Drian depuis 2004 et nous sommes fermement résolu.e.s à maintenir ce cap que nous nous sommes collectivement fixé.

Les enjeux de l’année qui débute ne se limitent pas seulement au fait régional, bien qu’ils y soient étroitement liés.

Chaque jour, nous faisons le constat d’une idéologie rétrograde à la virulence exacerbée. Tout est sujet à de basses attaques avilissantes, dont celles et ceux qui les commettent ne sortent jamais grandi.e.s, mais toujours fier.e.s de tenir un slogan.

Pourtant chaque jour sur le terrain, nous faisons également le constat que les Breton.ne.s confirment le résultat du scrutin régional de décembre 2015.

Qu’il s’agisse de solidarité entre les territoires, celle que nous portons très concrètement dans les Contrats de partenariat Europe/Région/Pays ; qu’il s’agisse d’agriculture, lorsque nous répondons à l’urgence tout en préparant l’avenir, à travers la mise en œuvre de plans spécifiques aux filières ; qu’il s’agisse des jeunes Breton.ne.s, quand nous nous mobilisons aux côtés des établissements afin de leur offrir les meilleures conditions d’accueil, d’apprentissage et d’émancipation dans les lycées ; qu’il s’agisse d’économie, cette économie bretonne singulière aux multiples potentiels, qu’avec l’ensemble des acteurs nous travaillons à développer dans toutes ses facettes ; qu’il s’agisse d’environnement, en témoignent le succès du premier plan de lutte contre les algues vertes et les ambitions du second que nous venons d’adopter ; ou bien encore qu’il s’agisse de culture, de transports, des langues de Bretagne…

Au-delà du fait régional donc, les enjeux qu’apporte cette nouvelle année détermineront la qualité, les contours, le nombre et même le maintien des services publics que nous, nous sommes déterminé.e.s à mettre en œuvre au service des Breton.ne.s.

Partagez

Laisser un commentaire