Troisième ambition des six que nous portons dans notre projet pour la Bretagne, la réussite de la transition énergétique et environnementale est au coeur des politiques que nous menons.

Mobilisé.e.s dès 2010, en lançant la Conférence bretonne de l’énergie pour un Pacte électrique breton, en nous engageant également aux côtés de l’État pour la reconquête de l’eau, nous pouvons déjà souligner les bons résultats de ce travail collectif :
– En quelques années, la production d’électricité renouvelable a plus que doublé, quand la consommation d’énergie diminue ;
– La Bretagne est à ce jour la seule région de France où la concentration en nitrates est en baisse. Beau symbole de notre reconquête effective de la qualité de l’eau, quand l’État vient d’attribuer au Conseil régional une nouvelle compétence en matière d’animation et de coordination des politiques de l’eau.

Nous entrons désormais dans une nouvelle phase, celle de l’accélération, de l’intensification et de la massification de la transition environnementale.

Elle fait déjà partie de nos vies à toutes et tous : nous avons intégré des réflexes quotidiens, nous portons chacun.e une attention particulière à notre impact, en tant que citoyen.ne mais aussi en tant qu’acteur du monde économique, culturel, associatif. De nouveaux pans de notre économie se développent par ailleurs – en témoignent la feuille de route que nous consacrons spécifiquement aux énergies marines renouvelables, le positionnement de la Bretagne sur les réseaux électriques intelligents (smart grids) ou encore la nouvelle Conférence régionale des ressources qui réunit 250 acteurs de l’économie circulaire.

C’est d’ailleurs là que réside l’enjeu, dans le quotidien. Ainsi nous en faisons une question transversale, qui marque l’ensemble des domaines dans lesquels nous agissons : transports, économie, éducation, formation, culture, patrimoine, tourisme… Décloisonnés, tous nos champs d’actions sont mobilisés au service du développement durable des territoires.

Une nouvelle fois, nous n’envisageons pas un instant d’y parvenir sans mobiliser l’ensemble de la communauté bretonne. Si nous avons pris la concertation comme habitude de travail, il nous apparaît déterminant de passer au niveau supérieur en impliquant l’ensemble des Breton.ne.s tant les enjeux sont cruciaux.

Aussi, comme nous l’avons expérimenté pour Bretagne 2030, nous nous apprêtons à lancer au mois de mars les travaux d’une COP régionale. Sur le modèle de la COP21 qui a abouti à l’accord de Paris signé en décembre 2015, acteurs du monde économique, élu.e.s, associations, collectivités, citoyen.ne.s, sont invités à se réunir et à travailler ensemble sur l’eau, l’énergie, la biodiversité, la mer et le littoral, afin d’établir des objectifs collectifs déclinés à travers des engagements concrets.

La Bretagne a amorcé sa transition et elle a les moyens d’être ambitieuse. Il nous faut désormais créer la synergie qui amplifiera la richesse des initiatives des femmes et des hommes dans tous nos territoires.

Partagez

Comments are closed.