Isabelle Pellerin – Vice-présidente en charge des Lycées

Alors que la rentrée vient d’avoir lieu dans les 116 lycées publics bretons et 248 lycées au total que compte le territoire breton, nous avons souhaité faire le point sur la politique régional avec la Vice-présidente en charge des lycées Isabelle Pellerin. Entretien. 

La rentrée des lycées vient d’avoir lieu. Que peut-on dire de la situation des lycées bretons d’une manière générale ?

En effet, 147 500 lycéennes et lycéens ont fait leur rentrée en Bretagne dans les différents réseaux et différents types d’enseignements. C’est d’ailleurs une spécificité bretonne qui semble-t-il participe à la performance de notre système éducatif.

C’est une responsabilité très importante pour la Région, qui a en charge la gestion des bâtiments, l’entretien, le fonctionnement et l’investissement dans les équipements et outils pédagogiques, les salles de classes, les laboratoires, les ateliers, les gymnases, les internats, les restaurants et CDI… c’est globalement 200 millions d’€ par an, dont 80 pour les travaux.

Notre rôle, avec les 2 500 agents techniques est d’assurer les meilleures conditions possibles d’apprentissage et d’épanouissement pour les jeunes Breton.ne.s, mais aussi de donner aux enseignants les bons outils afin d’exercer correctement leurs métiers.

Ce qui se joue au lycée, c’est la préparation des jeunes citoyens et des jeunes actifs de demain.

Il est donc particulièrement important qu’ils puissent bénéficier, et avec eux les équipes éducatives, d’un environnement et de conditions d’apprentissage les plus performants, où qu’ils soient scolarisés, et quelle que soit leur formation, tous doivent avoir accès aux mêmes conditions de travail et d’accueil.

Et cela concerne bien sûr toutes les filières, qu’elles soient générales ou professionnelles. C’est un maillon essentiel de la chaîne éducation-formation-insertion-développement économique… et cela est bien sûr à mettre en cohérence avec les autres compétences de la Région dont dépendent ces différents enjeux.

Comment se traduisent concrètement les choix politiques de la Région auprès des lycéen.ne.s ?

Cela se traduit à différents niveaux, dans l’environnement des lycées ou à travers des soutiens directs aux projets et aux familles.

Cela passe par exemple par la qualité des repas servis et une commande publique responsable basée sur l’approvisionnement local.

L’action de la Région c’est aussi le soutien apporté aux projets éducatifs Karta ou l’accès à des bourses pour faciliter la mobilité à l’international.

Nous accompagnons également les familles à travers le dispositif Pass Ressources Pédagogiques pour l’accès aux manuels scolaires, l’aide au 1er équipement pour les lycéens professionnels et enfin par exemple la gratuité pour les vêtements spécifiques aux jeunes des lycées maritimes. Sur les manuels scolaires, il s’agit d’un nouveau dispositif mis en place depuis la rentrée 2016. On peut dire aujourd’hui que globalement les lycées l’ont adopté puisque 80% des établissements ont conventionné avec la Région.

Autant d’initiatives qui permettent d’offrir à tous les mêmes chances d’avancer et de réussir.

Enfin, les lycées ont aussi un espace d’exercice démocratique, au sein du Conseil régional des jeunes, une institution désormais incontournable dans le paysage breton.

Quels sont les enjeux ou les grands chantiers en cours ou à venir sur les lycées ?

Nous connaissons une croissance démographique importante : après 2 800 élèves de plus en 2016, la population lycéenne bretonne croît cette année de près de 2 000 jeunes. Et cette tendance devrait se poursuivre jusqu’en 2020. La Région et le Rectorat travaillent ensemble pour faire face à cette arrivée de nouveaux lycéens, en particulier en Ille-et-Vilaine et dans le Morbihan. Nous avons donc des besoins croissants, avec un parc immobilier important qui nécessite aussi beaucoup d’entretiens ou de rénovations.

Nous avons donc adopté un schéma directeur immobilier, qui sert à prioriser les investissements vers les lycées qui en ont le plus besoin. Il programme également les rénovations ou les agrandissements d’établissements. Nous avons également des projets de création de nouveaux lycées en cours, à Liffré et à Ploërmel, à horizon 2020. Un troisième lycée doit voir le jour au sud de Rennes à horizon 2025.

Un autre enjeu important est le tournant vers ce que beaucoup nomment « le lycée du futur » : l’évolution des moyens technologiques, l’explosion du digital, conduisent à mieux équiper les lycées en outils numériques, à les doter d’un débit internet suffisant, nous disons confortable, pour répondre à des besoins croissants. Concrètement, nous permettons à tous les lycées de disposer d’un débit Internet minimal, entre 30 et 100 Méga octets, dès la rentrée 2017, en attendant le déploiement de la fibre et du Très Haut Débit sur tout le territoire.

Propos recueillis par « Groupe socialiste et apparenté.e.s »

Partagez

Laisser un commentaire