Loïg Chesnais-Girard – Président de Région                 Photo : E.Pain

A l’occasion de la rentrée, le Président du Conseil régional a répondu aux questions du Groupe socialiste et apparenté.e.s. L’occasion pour lui de revenir sur son élection et sur les dossiers de l’actualité régionale.

Petit retour sur votre élection comme Président de la Région : votre discours était organisé autour de trois mots : démocratie, création, dépassement, est ce que vous pouvez nous en dire plus ?

La démocratie parce que je crois que le Conseil régional doit être exemplaire en la matière et faire des Bretons des partenaires de son action, de la conception des politiques à leur suivi.

Derrière cette question de la démocratie, il y a aussi l’évolution que connaît le Conseil régional qui devient avec ses nouvelles compétences, en particulier dans le transport, une collectivité du quotidien. Il nous faut donc être au plus proche des citoyens. La place et le rôle de Jean-Michel Le Boulanger comme 1er vice-président incarne cette volonté.

La création parce que la Bretagne est un territoire de création dans tous les domaines de l’économie à la culture. Que ce soit l’artiste qui imagine des nouveaux mondes ou l’entrepreneur qui crée les nouveaux emplois, je veux que le Conseil régional facilite l’initiative, les liens entre la culture et l’économie. Dans ce domaine, j’ai annoncé la future création d’une fondation au service de la création et de l’attractivité de la Bretagne.

Le dépassement parce que je crois qu’il faut sortir des logiques d’opposition, par exemple entre les ruraux et les citadins, pour au contraire prôner des logiques d’addition. Chaque territoire peut apporter à la Bretagne et lorsque nous jouons collectif nous déplaçons des montagnes. La ligne à grande vitesse en est le dernier exemple en date. Le prochain ce sera le très haut débit partout.

Quels ont été les principaux dossiers qui ont mobilisé la Bretagne cet été ?

L’ouverture de la Ligne à Grande Vitesse a marqué le début de l’été et a pu être appréciée par bon nombre de touristes. C’est une étape marquante de l’histoire bretonne. Elle va bénéficier à toute la Bretagne et nous sommes loin d’en mesurer tous les effets. Ne perdons jamais de vue que la qualité des infrastructures est un élément central de la performance d’un territoire et donc de sa capacité à créer des emplois. Mais cet investissement massif, réalisé grâce à l’engagement de toute la Bretagne, apporte aussi un nouvel état d’esprit que nous avons valorisé avec la campagne « Passez à l’ouest ! ». La Bretagne est au début d’une nouvelle phase de son développement.

L’été est aussi le temps des festivals et de la culture. Je veux remercier tous les bénévoles et les organisateurs qui font de la Bretagne un haut lieu de la culture en France et en Europe. Et je rappelle que le Conseil régional accompagne toutes les formes d’expression culturelle : art contemporain, cinéma, photographie, musiques populaires, musiques celtiques et traditionnelles.

Cette fin d’été s’est conclue aussi par l’annonce de la fin de nombreux emplois aidés. C’est pour nous une réelle inquiétude et je suis intervenu auprès du gouvernement pour demander un moratoire en Bretagne afin de bien mesurer les impacts car je pense que les répercussions peuvent véritablement remettre en question notre vitalité et notre économie globale autour de la culture.

Et actuellement, quels sujets majeurs sont à l’agenda du Conseil régional de Bretagne ?

La rentrée, bien entendu. Pour les familles et pour les lycéennes et les lycéens, la rentrée scolaire est toujours un moment important et particulier.

La rentrée scolaire est également un moment déterminant pour le Conseil régional, collectivité en charge du bâti, du fonctionnement ou encore de l’entretien des 116 lycées publics bretons. La Région Bretagne, avec ses 2 500 agents techniques agit au quotidien pour offrir de bonnes conditions de travail et d’épanouissement aux 146 000 Breton.ne.s scolarisé.e.s dans les lycées, les établissements régionaux d’enseignement adapté et les maisons familiales et rurales.

Cette année scolaire 2017-2018 est marquée par la prise de compétence de la collectivité en matière de transport scolaire. Elle est également particulière car tous les établissements qui l’ont souhaité ont désormais accès au réseau internet à un débit permettant un usage simple et efficace des outils numériques éducatifs. C’est aussi une nouvelle année d’installation du Pass Ressources Pédagogiques qui permettra d’installer la gratuité des manuels scolaires grâce à une gestion interne des lycées.

Au-delà des chiffres et du budget conséquent alloué pour les établissements, la rentrée scolaire est pour la Région l’incarnation d’une forte ambition pour l’Éducation, au sens complet du terme. En effet, elle fait plus que ce que lui impose les textes par exemple en animant un Conseil Régional des Jeunes et en soutenant les nombreuses initiatives éducatives.

Propos recueillis par : Groupe socialiste et apparenté.e.s

Partagez

Laisser un commentaire