C’est une première en France : l’État vient de confier à la Région une mission d’animation et de coordination en matière de gestion de l’eau sur l’ensemble du bassin hydrographique cohérent que forme la Bretagne.

Alors que le décret d’application est paru au journal officiel du 6 mai, Thierry Burlot, Vice-président du Conseil régional en charge de ce dossier, réunit ce vendredi à Loudéac, les présidents des 21 Commissions locales de l’eau (CLE) du territoire. L’occasion de faire un point sur les échéances à venir alors que la qualité de l’eau s’améliore globalement en Bretagne.

L’attribution officielle de cette compétence est pour l’élu régional à la fois une marque de confiance et une véritable reconnaissance du travail accompli depuis plus de 20 ans : « la Bretagne a connu des difficultés mais elle n’a jamais baissé les bras pour reconquérir la qualité de ses eaux. Avec ce nouveau décret, la Région, également en charge de l’aménagement du territoire et du développement économique, placera l’eau au cœur de son projet pour la Bretagne. » 

Pour mémoire, la mobilisation historique des collectivités bretonnes autour de la problématique de l’eau lui permet, aujourd’hui, de bénéficier d’une organisation cohérente et complète. Elle s’appuie sur 21 SAGE (Schémas d’aménagement et de gestion de l’eau) qui, animés par les commissions locales de l’eau, maillent aujourd’hui tout le territoire. Équivalent à un Parlement local de l’eau, une CLE réunit 50 % d’élus, 25 % d’usagers et 25 % de représentants de l’État.

À l’heure où se dessine une nouvelle organisation territoriale en matière de politique de l’eau (lois MAPTAM et GEMAPI), la Région Bretagne se doit de veiller à la cohérence et à la continuité des actions déjà mises en œuvre, pour que tous les territoires aient la capacité de détenir de l’eau en quantité et qualité suffisante, et qu’ils soient solidaires entre amont et aval. Cette nouvelle compétence va l’y aider.

Partagez

Laisser un commentaire